dimarts, 1 de novembre de 2016

PLEGA LES ALES, per Àngel Carbonell, amb versió francesa











Plega les ales d'esquena a la llum,
no poden notar la seva presència,
sols se sent l’estrèpit de la cascada.
Quatre nois, potser setze o disset anys,
no pensen, salten, riuen i es capbussen
de l’entorn, només ells, fora del temps.


La llum traça una escala al roquissar,
reflexos sobre la pell dels tritons,
li agraden els mortals, les seves vides,
perquè no havia tingut joventut,
perduda d'hora per combatre el temps,
un cop vençut ja de res no es fiava.

Mes ara no hi vol pensar, li brolla aigua
dels cabells, cada cop més abundosa,
la deu llisca avall polint la carn d’or
i la vall, sota l’herba de l’obaga,
entre clapes de molsa i el verdet
de liquen, ferro i coure de les roques.

Cau la tarda sobre el corrent daurat.
















Il plie les ailes tournant le dos à la lumière,
ils ne peuvent pas sentir sa présence,
on entend seulement le fracas de la cascade.
Quatre garçons, peut-être seize ou dix-sept ans,
ils ne pensent pas, ils sautent, ils rient et ils se plongent
de l'entourage, seulement eux, dehors du temps.

La lumière trace un escalier au rocher,
des réflets sur la peau des tritons,
les mortels lui plaisent, leurs vies,
parce qu'il n'avait pas eu de jeunesse,
perdue tôt pour combattre le temps,
une fois abattu il ne faisait confiance à rien.

Mais maintenant il ne veut pas y penser, l'eau jaillit
de ses cheveux, chaque fois plus abondante,
la source glisse en bas en polissant la chair d'or
et la vallée, sous l'herbe de l'ombrie,
entre tâches de mousse et le verdet
du liquen, fer et cuivre des roches.


Le soir tombe sur le courant doré.







Terrassa, 26 d’octubre de 2014-28 de novembre de 2015/ 1 de novembre de 2016

















Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada